Unité 2

7 Ce qu’il faut maîtriser pour entretenir les autres en conversation

Word Bank

Comment saluer, maintenir une conversation, demander poliment des clarifications, dire au revoir

Et alors, on a vu des conseils sur les bons points d’entrée en conversation. Ici on apprend et pratique les formules et les petits trucs de la bonne conversation.

Commençons au début : Comment doit-on saluer une autre personne ?

Les salutations

Qu’est-ce que vous en savez déjà ?

Donc, comme vous savez déjà, il y a des salutations formelles et informelles.  Où il s’agit de votre famille, les personnes proches de la famille, vos amis, d’autres étudiants, les colocataires, et vos collègues de travail, typiquement vous saluez de façon informelle : Bonjour, Salut, Ça va, etc.  La salutation est presque toujours suivie du prénom de la personne ou un nom du groupe : Salut, Aisha, les mecs, les nanas, les filles, copines, copains, et ainsi de suite.

Par contre, dans les rapports moins familiers et quand on ne connaît pas la situation sociale, on se sert des salutations formelles telles que : Bonjour ou Bonsoir suivi de Monsieur ou Madame ( ou le titre professionnel) et, si possible, par le nom de famille : Bonjour, Monsieur le Président ou Bonsoir, Professeur Untel, par exemple.

Travaux pratiques

Écoutez ces cinq (5) clips audio.  Puis cochez toutes les situations que vous entendez :

  • Clip #12

Types de salutations

Veuillez écouter ces clips audio, puis indiquez le genre de salutation.






    Description de l'interaction #1





    Description de l'interaction #2





    Description de l'interaction #7





    Description de l'interaction #8





    Description de l'interaction #12

Ces clips nous viennent du site PodcastFrançaisFacile.com où vous trouverez d’autres clips de salutations à écouter et travailler.https://www.podcastfrancaisfacile.com/podcast/conversation-dialogue-salutations-en-francais-se-saluer-dire-bonjour-au-revoir.html

 

Tu v. vous

Savoir choisir et utiliser le pronom correct ( tu v. vous ) marque le niveau de vos connaissances linguistiques et culturelles.  L’usage de « tu » s’appelle le tutoiement, du verbe tutoyer. L’usage de « vous » alors, c’est le vouvoiement du verbe vouvoyer.  Dans cet Atelier RÉEL, on vous vouvoie parce que l’on assume plusieurs étudiants ( vous tous ) qui s’en servent.

Pour aller beaucoup plus loin dans les formules et usages de politesse, veuillez consulter : http://www.protocole.info/2015/03/comment-utiliser-le-vous-et-le-tu.html. Mais comme non-francophones, la meilleure stratégie, c’est d’observer et de suivre le comportement des gens autour de vous. S’ils se vouvoient, vous les vouvoyez. Si tout le monde se tutoie, alors vas-y !

Comme déjà discuté en cours, il est facile de répondre aux questions que l’on vous pose en tutoyant.

  • Tu aimes ? –> J’aime . . . .
  • Tu viens ? –> Oui, je viens . . . .
  • Tu finis ? –> Non, je ne finis pas . . . .
  • Tu veux ? –> Je veux bien . . . .

Tu ? --> Je . . .

  • Comment tu t'appelles ?
  • ça va - ça va
  • Oui, je ....
    Non, je ne .....
  • Oui, je ....
    Non, je ne ....
  • Oui, je ....
    Non, je ne ....
  • Oui, je ...
    Non, je ne ....
    .
  • Moi, je ....
  • Je .... parce que ....
  • Enfin, normalement je les .....
  • J'y .....

Du tac au tac, il est légèrement plus difficile de répondre lorsqu’il s’agit d’un échange vous <–> je. La conjugaison de la 2me personne « vous » se termine presque toujours par –EZ ( sauf : vous êtes ce que vous faites et vous dites ! ). La prononciation du verbe, alors, finit par le son /e/. On doit reconnaître la situation et les interlocuteurs pour déterminer tout d’abord si ce « vous » est au singulier ( donc, vous spécifiquement et formellement ) ou au pluriel ( donc, c’est vous et quelqu’un d’autre ). Dans ce cas-là, est-ce que la personne qui parle s’inclut ou est-ce vous et une troisième personne ? Ouf ! Heureusement, c’est vite aperçu par les gestes et le contexte.

  • Vous aimez ? –> J’aime . . . . Nous aimons. . . . .
  • Vous venez ? –> Oui, je viens . . . . Nous venons
  • Vous finissez ? –> Non, je ne finis pas . . . . Non, nous ne finissons pas . . . .
  • Vous voulez ? –> Je veux bien . . . . Nous voulons bien. . . .

Vous je/nous

  • Oui, je .....
  • Bonsoir. Oui, nous .....
  • Oui, Monsieur, je ..... vous joindre.
  • Merci, Monsieur, nous .... avec vous.
  • Moi, je .....
  • Oui, nous les ...... ce soir.
  • Moi, je les ..... vite.
  • Oui, nous les .... vite !

Les présentations et vos réponses

On sait déjà se présenter ( voir ci-dessus les clips audio de présentations ). On se dit bonjour, on se présente si on ne se connaît pas tout en choisissant la forme d’adresse appropriée ( tu v. vous ). Si c’est la première fois que l’on fait connaissance, on doit exprimer son plaisir :

  • Ravi.e
  • Enchanté.e
  • Heureux.se de faire ta/votre connaissance !

Puis, on doit soit se quitter soit continuer la conversation. Pour lancer ou continuer des conversations, référez-vous à la vidéo dans le chapitre précédent.

Puis les interruptions et les tours de rôles

Il est fort important d’apprendre à maintenir son rôle dans une conversation : les règles changent de culture en culture. Chez certaines, il y a une hiérarchie de politesses; chez d’autres il  semble que tout le monde parle en même temps s’interrompant sans cesse !

Dans cette unité vous étudiez les pratiques différentes entre le tutoiement et le vouvoiement. Dans le monde du travail, il est essentiel de bien choisir la forme correcte. Comment doit-on se comporter dans une réunion de travail ?

Exercises

Regardez cette vidéo et passez le petit quiz à côté:

https://apprendre.tv5monde.com/fr/exercices/a2-elementaire/la-reunion

 

Revenez à cette page pour poursuivre une discussion du contexte diplomatique.

La Réunion diplomatique

Petite discussion de la pragmatique.

  • Votre nom ou identification VCU
  • Petite liste de raisons.
  • Est-ce la même raison que chez les professeurs ? D'autres raisons? Qu'est-ce qui se passe en réunions du corps diplomatique ?
  • Veuillez réfléchir au delà de vos réactions comme étudiant.e.s en vous visualisant comme professionnel.le.s.

 

 

Le «euh» v. «ummm»

Pour mettre son système phonatoire en position correcte pour continuer une phrase, en français on hésite en émettant « . .  . euh . . . ». En anglais, c’est « . . . umm . . . » parce que la phonation anglophone est plus relachée. Par exemple (vers la minute 7:15 mais partout dans la vidéo il dit « euh » ! )  :

Stimuler la conversation par de bonnes questions : l’interrogatif

Voici un bon site pour voir la formation de toutes sortes de questions : https://leflepourlescurieux.fr/forme-interrogative-a2/. Ce qui suit va vous détailler des précisions sur les formes des interrogatifs en français.

Les questions oui/non et pourquoi elles ne servent pas à pousser un dialogue.

En conversation, l’usage d’intonation et le placement de l’interrogatoire en final.

« Est-ce que » comme bon-à-tout pour toutes les questions

Voici un tas de questions lancées par « Est-ce que . . . » auxquelles vous pouvez répondre :

https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-3486.php

Inversion comme stratégie interrogative et en phrase relative élégante

L’inversion du sujet-verbe en français signale l’interrogatif. Par exemple:

  • Tu parles français. (sujet-verbe-objet direct)
  • Parles-tu français ? (verbe-sujet objet direct.

Dans un sens, est-ce que s’étale comme une forme d’inversion :

  • C’est que j’aime le français.
  • Est-ce que j’aime le français ?

Parfois, l’inversion se complique où le sujet n’est pas un pronom simple. Dans ce cas, on débute la question par le phrase nominale, puis on fait l’inversion du verbe-sujet tout en rajoutant le sujet pronom. Eh, ben, que oui, il y a dans ce cas, deux sujets, la phrase nominale et le pronom :

  • Nos amis les Machins adorent la musique de Stromae.
  • Nos amis les Machins, adorent-ils la musique de Stromae ?

Notez bien que si la fin du verbe se termine en voyelle et le pronom du sujet débute par une voyelle ( elle, il, on ) il faut ajouter un -t- pour la prononciation :

  • Ta mère s’appelle Marie Louise.
  • Ta mère, s’appelle-t-elle Marie Louise ?

Voici une petite vidéo explicative :

 

Les questions simples :  comment, quand, où, pourquoi

On peut demander how, when, where, why bien facilement en mettant l’adverbe interrogatif à la fin de la phrase :

  • Tu vas au concert comment ?
  • Tu vas au concert quand ?
  • Tu vas t’asseoir ?
  • Tu ne viens pas avec moi pourquoi ? ( même :  Pourquoi tu viens pas avec moi ? )

Ou on peut insérer un est-ce que après l’adverbe :

  • Comment est-ce que tu vas au concert ?
  • Quand est-ce que tu vas au concert ?
  • est-ce que tu vas t’asseoir ?
  • Pourquoi est-ce que tu ne viens pas avec moi ?

Ou on construit sa question par inversion :

  • Comment vas-tu au concert ?
  • Quand vas-tu au concert ?
  • vas-tu t’asseoir ?
  • Pourquoi ne viens-tu pas avec moi ?
  • Comment/Quand/Où/Pourquoi tes parents ne viennent-ils pas aussi ?

Les questions un peu plus compliquées :

Qui, que, quoi, qu’est-ce que, qu’est-ce qui, qui est-ce que, qui est-ce qui

Qui, tout seul, cherche une personne comme réponse :

  • Qui vois-tu ? Josette ?
  • Tu appelles qui ? Ahmed ?
  • Qui est-ce que tu cherches ? la prof ?

Que ou quoi ( en position finale ), tout seul cherche un objet comme réponse :

  • Que veux-tu ? Du poulet ?
  • Tu veux quoi ? Quelque chose à manger ?
  • Qu’est-ce que tu cherches ? Un sandwich ?

Mais le deuxième qui de  «Qui-est-ce qui » et Qu’est-ce qui » cherche le sujet du verbe qui vient après :

  • Qui est-ce qui vient d’arriver ? Marie arrive. C’est Marie qui arrive.
  • Qu’est-ce qui arrive ? Un accident de voiture vient d’arriver. C’est un accident qui vient d’arriver.

Pour vous tester, essayez cet exercice : http://pages.infinit.net/yhetu/interrog/bc1.htm

Les questions qui cherchent les détails : quel/quelle/quels/quelles

Comme vous voyez bien, ces particules interrogatives montrent le genre et nombre parce que ce sont des adjectifs.

  • Quel stylo préfères-tu ?
  • Quelle discipline est la meilleure ?
  • Quels objets te dérangent ?
  • Quelles écoles est-ce que tu as visitées aujourd’hui ?

Si vous laissez tomber le référent des questions ci-dessus ( stylo, discipline, objets, écoles ), vous remplacez le substantif par l’article convenable :

  • Voici 4 stylos. Lequel préfères-tu ?
  • Entre la biologie, la mode, et les langues, laquelle est la meilleure ?
  • Tiens ! Des tables, des bureaux, des sofas. Lesquels veux-tu acheter ?
  • Parmi Harvard, VCU, Yale et UVA, lesquelles as-tu visitées avant de choisir VCU ?

Si les questions se réfèrent à ce dont vous avez  déjà parlé/écrit : « lequel/laquelle/lesquels/lesquelles» nécessitent  les prépositions à ou  de, il faut changer la forme ainsi :

  • auquel/duquel ( tout comme à + le > au; de+le > du )
  • à laquelle/ de laquelle
  • auxquels/desquels ( tout comme à + les > aux; de+les > des )
  • auxquelles/desquelles ( tout comme à + les > aux; de+les > des )

Essayez ! https://www.laits.utexas.edu/tex/gr/int6.html

Encore les échanges rapides entre toi-moi, mais aussi vous-nous, puis moi-vous

Travaux pratiques

Pour vite répondre à vos partenaires, il vous faut pratiquer encore les questions et réponses entre toi et moi, nous et vous, même plus formellement moi et vous.

Allons-y !

Question-réponse rapide

 

Pour parler de sa journée: les verbes réfléchis

Apprendre comment les étrangers se comportent quotidiennement peut être fascinant. Quand se lève-t-on ? Se douche-t-on ou se baigne-t-on ? Dans certaines cultures, par exemple chez les Japonais et les Marocains, il y a une culture de bains peu connue en Amérique. Comment se prépare-t-on pour sa journée : se raser, se coiffer, se brosser les dents ? En quoi s’habille-t-on–des jeans, un costume, un djalabia, autrement ? Qu’est-ce que l’on prend comme petit déjeuner ? Est-ce que tout le monde se dépêche le matin ? Stressons-nous tous de la même manière ? Comment se déstresser ailleurs dans le monde ? Se couche-t-on tôt ou passe-t-on souvent la nuit à danser et se régaler ?

Pas mal de nos habitudes s’expriment en verbes réfléchis en français : c’est-à-dire je fais l’action sur moi-même. Je me réveille, me lève, me lave, m’habille, me dépêche, et à la fin de la journée je me déshabille, me brosse les dents, me couche et m’endors. Et tu te fais à peu près les mêmes activités : tu te réveilles, te lèves, te brosses les dents, et ainsi de suite jusqu’à ce que tu t’endors. En famille, nous nous levons, nous nous lavons, etc. C’est simple. Mais pour poser des questions, peut-être il serait plus facile d’utiliser l’intonation : Tu te lèves quand ? Tu te dépêches combien de fois par semaine ? Ou bien avec est-ce que : Quand est-ce que tu t’endors le weekend ? C’est un peu plus compliqué avec l’inversion : Quand te lèves-tu le dimanche, tôt ou tard ? Donc, dans la parole vive, il serait meilleur de choisir les formes plus faciles :-).

Pour parler des interactions ensemble, les verbes réciproques

D’autres verbes, dits pronominaux parce qu’ils ont des pronoms comme partie intégrale de son usage, sont réciproques entre vous et moi, par exemple. Si je vous regarde et vous me regardez, nous nous regardons. C’est réciproque, non ? On se sert de ces verbes seulement au pluriel : nous nous écoutons, vous vous parlez, elles se taquinent. Néanmoins, il existe cet usage de « on » qui impliquent plus qu’une personne ( nous, vous tous, les gens en général ) : on ne s’habille comme ça chez nous ! ( plainte des parents peu cool ).

S’exprimer poliment en se servant du conditionnel et un peu de subjonctif

Dernier truc qu’il nous faut pour parler gentiment avec nos partenaires, ce sont les formules de politesse :

Apprenez en passant ce « quiz » de politesse orale :

http://www.bonjourdefrance.com/exercices/contenu/les-mots-de-la-politesse-en-francais.html

À part, ces phrases, on doit se servir du conditionnel pour montrer sa déférence à l’autre :

  • Pourriez-vous bien me passer le beurre ?
  • Pourrais-tu m’aider un peu ?
  • Je voudrais un peu du vin rouge, s’il te plaît.
  • Voudriez-vous bien venir chez nous ?
  • Je ne saurais pas vous remercier, Madame ! (du verbe savoir )
  • Auriez-vous la gentillesse de m’accompagner chez moi ?

Si vous vouliez bien vous y exercer, vous pourriez bien consulter : https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-77137.php.

Et du subjonctif, en couchant vos paroles dans des phrases subordonnées après une requête :

  • Veuillez me passer le beurre, s’il vous plaît.
  • Je serais bien reconnaissante que vous me rendiez visite ce weekend.

Pour les formules du français écrit encore plus compliquées, veuillez regarder les conseils à ce lien :

http://www.btb.termiumplus.gc.ca/clefsfp-srch?lang=eng&srchtxt=anacoluthe&cur=4&nmbr=5&lettr=indx_catlog_s&page=9yCvkXva6pEo.html#generalite .

Pour en finir : Dites au revoir !

  • Ciao !
  • Au revoir !
  • À demain !
  • À bientôt !
  • Bonne journée !
  • À tout de suite ! ( on se retrouve en quelques minutes )
  • Bonsoir ! v. Bonne soirée !
  • Bonne nuit !
  • Ciao bye !

MAIS : Adieu est pour toujours . . .

Et pour la mère de la prof qui l’a quittée le semestre passé et pour les personnes qui vous ont déjà quittées ou qui vous quitteront un de ces jours :

 /home/pressbooks/public_html/wp-content/uploads/

License

Share This Book

Feedback/Errata

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *